Botanique du Châtaignier

Présent dans toute l’Europe du sud mais également en Asie, le châtaignier doit être greffé et taillé pour produire de beaux fruits. Il est généralement cultivé dans des zones de pentes entre 300 et 800 mètres d’altitude.

chataignier

Un arbre peu exigeant

Il se développe dans des sols acides, légers et bien drainés d'où une prédilection pour la pente. Il s'étiole dans un sol trop calcaire, argileux ou trop compact. Peu exigeant, il est reconnu pour s’adapter à des reliefs rocheux, impropres à toute autre culture. Il peut atteindre jusqu'à trente mètres de haut. Le jeune châtaignier présente une écorce lisse et brune aux reflets argentés, qui se ride par la suite.

Chataigne Bogue

Arbre de patience

Le châtaignier ne devient pleinement productif qu’au bout de 25 ans. Il peut vivre des siècles. La floraison a lieu de fin juin à début juillet. Le même arbre porte à la fois les fleurs mâles et femelles. Ces dernières s’épanouissent plus tardivement. Ainsi la pollinisation est plus efficace avec des arbres de variétés différentes. La bogue naissante au mois de juillet renferme toujours trois fruits, même si un ou deux peuvent rester atrophiés.

La pluie et le beau temps

Ramassage

Selon le dicton, le châtaignier doit être dans un four en août et dans un puits en septembre, autant dire qu’il apprécie les étés chauds et secs, et les automnes pluvieux. Il craint par-dessus tout les brouillards de septembre qui viennent brûler les feuillages et empêchent la maturation des fruits. Une récolte prometteuse risque ainsi d'être fortement compromise tout près de son aboutissement. Les châtaignes se ramassent après la chute des fruits de fin septembre à mi-novembre selon les variétés. Cette récolte s’effectue le plus souvent à la main, quelquefois avec un aspirateur et, de plus en plus, sur des filets déroulés sous les arbres. La châtaigne est un fruit frais dont les qualités s’altèrent avec le temps, surtout lorsqu’elle n’est pas entreposée au froid.